Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Proposition pour la Réorganisation du Système Educatif Sénégalais

Posté par: Abd El Kader Niang| Vendredi 11 janvier, 2013 21:47  | Consulté 3828 fois  |  18 Réactions  |   

Le présent programme est l’abrégé d’un ensemble de mesures politiques, juridiques, économiques et sociales qui ont pour objectif, dans le court et moyen terme, de réorganiser le système éducatif sénégalais et de le faire sortir de cet état de léthargie dans lequel il est plongé depuis plus d’une décennie.

Le programme s’articule sur 15 points jugés on ne plus nécessaires et s’adresse à l’ensemble des acteurs du secteur  de l’éducation: le gouvernement, les collectivités locales, les syndicats d’enseignants, les parents d’élèves, les professeurs, les élèves, les étudiants, la société civile, les mouvements citoyens, les entreprises privées, et les particuliers mus par un ardent désir de participer activement à l’ébauche d’une école sénégalaise performante, rentable et en adéquation avec nos réalités socioculturelles et besoins.

Les quinze points du programme sont les suivants :

1. La scolarité doit être obligatoire et systématique sur toute l’étendue du territoire national dès l’âge de quatre ans jusqu’à l’obtention du baccalauréat ou d’un diplôme équivalent pour les tous enfants nés citoyens sénégalais ou nés de parents étrangers sur le sol sénégalais.

A cette obligation de scolarité doit correspondre un droit opposable à l’éducation  pour l’enfant. Le(s) parent(s) ou tuteur(s) de l’enfant mineur peut/peuvent et doit/doivent faire valoir ce droit devant les autorités sénégalaises compétentes administrative et judiciaire en vue de faire octroyer à l’enfant mineur une place dans un établissement d’enseignement public.

Les pouvoirs publics doivent s’engager à faire respecter cette obligation de scolarité et si besoin est, de recourir à la force. Toute pratique contrevenant à cette disposition est passible de poursuites judiciaires.

2. L’enseignement est public, laïc et gratuit du préscolaire au supérieur.

3. Le Gouvernement de la République du Sénégal doit s’engager à construire des logements de fonction confortables à proximité des collèges, lycées et universités pour le corps enseignant, à payer aux professeurs un salaire décent et à les mettre dans des conditions de travail optimales.

4. En échange les grèves d’enseignants sont formellement interdites et réprimées par la loi.

5. Le Gouvernement de la République du Sénégal doit s’engager à construire des campus pour y loger les collégiens, lycéens et étudiants afin de les mettre dans des conditions d’hébergement optimales. En plus de l’hébergement les centres régionaux des œuvres sociales universitaires et scolaires doivent prendre en charge la restauration et l’assurance-maladie des collégiens, lycéens et étudiants.

6. Les allocations d’études supérieures doivent être attribuées à taux plein sur la base d’un prêt bancaire public remboursable sans intérêt dès le début de la vie professionnelle du bénéficiaire.

L’allocation de la bourse d’études supérieures doit être automatique dès lors que l’étudiant est régulièrement inscrit en première année dans une faculté, institut ou école d’un établissement d’enseignement supérieur public au Sénégal.

L’allocation de la bourse d’études supérieures couvre toute la durée du cursus universitaire de l’étudiant (sauf en cas d’abandon des études, de redoublement, d’insuffisance scolaire, d’indiscipline grave ou caractérisée ou d’incapacité définitive d’étudier).

Le contrat de location dans une résidence universitaire couvre toute la durée du cursus universitaire de l’étudiant (sauf en cas d’abandon des études, de redoublement, d’insuffisance scolaire, d’indiscipline grave ou caractérisée, d’incapacité définitive d’étudier ou de manquement aux clauses du contrat de location).

La bourse d’étude secondaire ne peut être attribuée aux collégiens et lycéens que si le requérant se trouve dans une situation de cas social grave. Dans ce cas de figure l’allocation de la bourse d’études secondaires ne couvre que la période de situation exceptionnelle de ce dernier. La collectivité locale abritant l’établissement d’enseignement public où le bénéficiaire est inscrit prend en charge le remboursement sans intérêt de la totalité de la somme perçue par l’élève boursier.

8. Les « grèves » d’élèves et d’étudiants sont formellement interdites et passibles de renvoi temporaire ou définitif selon la circonstance.

9. Le certificat de fin d’études primaires et élémentaires, le concours d’entrée en sixième et le brevet de fin d’études moyennes doivent être définitivement supprimés. Une note égale ou supérieure à la moyenne suffira pour passer en classe supérieure.

10. L’enseignement de la philosophie doit être introduit dès la classe de seconde dans les séries littéraires.

L’enseignement des matières scientifiques dans les séries littéraires est contingent et donc doit être supprimé.

A l’exception de l’anglais pratique et des techniques d’expression et de communication, l’enseignement de matières littéraires dans les séries scientifiques est  contingent et doit être supprimé.

Des cours de conduite automobile théorique et pratique doivent être dispensés dès la classe de seconde. Une fois en classe de première les lycéens pourront alors passer le permis.

11. Le Gouvernement de la République du Sénégal doit mettre davantage l’accent sur l’apprentissage des matières scientifiques et l’enseignement technique et professionnel.

Dans un futur proche chaque département du Sénégal devra disposer d’un lycée polytechnique et chaque région d’une université polytechnique.

12. En lieu et place du redoublement, le conseil de classe peut proposer à l’élève en difficulté une admission conditionnelle. Dans ce cas de figure l’élève doit reprendre la ou les matières où il accuse de contre-performances.

13. Le centre national d’orientation scolaire et professionnelle doit servir de service de conseil psychologique et d’assistance dans le choix d’une carrière pour les élèves.

14. La calendrier académique doit être réaménagé de manière à réduire les fêtes et jours de congé excessifs. Durant les vacances de fin d’année scolaire, les élèves doivent être occupés dans le cadre d’activités récréatives, productives et utiles à la société.

15. Les entreprises privées seront mises à contribution pour participer au financement du système éducatif en plus du budget de l’éducation nationale dégagé par le Gouvernement de la République du Sénégal et des subventions octroyées par les collectivités locales.

 

Abd El Kader Niang

Analyste politique

 

 

 

 

  

 

 

 

 L'auteur  Abd El Kader Niang
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (18)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Formel on January 11, 2013 (22:51 PM) 0 FansN°:1
je suis entièrement d'accord. Vivant à lètranger, je ne peux qu' apprecier ce changement favorable à ces espoirs du futurs
Roy_Ak_Romb on January 11, 2013 (23:42 PM) 0 FansN°:2
Saluons d'abord l'effort de proposition, toujours bénéfique mais quelques fois si rare.
L'interdiction de la grève, dans l'éducation, comme dans la santé d'ailleurs, je la partage entièrement, en échange bien sûr, l'auteur le souligne bien, de conditions de travail adéquates. Idem, grosso modo, pour l’accompagnement des apprenant sur le plan financier.
Mais il y a des lacune graves,voire rédhibitoires dans ce paquet de propositions.
La réflexion devrait commencer par la question de savoir quel type de sénégalais former? Et pour quel le société.Tant que cela n'est pas clair et bien défini nous ne ferons que perpétuer l'école de Georges Hardy,le continuateur moral de ce que Faidherbe a accompli par les armes, à produire des sénégalais étrangers à leur propre société et culture, tendus vers le stérile mimétisme de l'occident.
L'introduction des langues nationales et leur valorisation est indispensable : on ne se forge pas une personnalité propre avec la langue et donc la culture d'autrui.
L'introduction de l'éducation religieuse, l'islam en particulier, est incontournable. Dans une société croyante et à 95% musulmane et islamisée depuis plus de 1000 ans, c'est une aberration que de vouloir gommer Dieu de la conscience d'un peuple qui en fait la base de sa vison du monde. Alors, soit on la prend en charge institutionnellement, soit on se condamne à vivre une perpétuelle schizophrénie. Le bon croyant d'ailleurs est forcément meilleur...
Roy_Ak_Romb on January 11, 2013 (23:44 PM)0 FansN°: 596911
(Suite) Le bon croyant d'ailleurs est forcément meilleur citoyen.
Nous ne devons pas craindre d'affronter nos propres problématiques dans les termes réels par lesquels elles nous interpellent. Ces débats pseudo-intellectuels qui sont de pâles copies de ceux remués à France 24 ne nous avancent à rien.

A mon avis,le Sénégalais que nous devons promouvoir devra être un être campé dans ses valeurs culturelles et spirituelles de base et munis de tous les instruments que met à sa disposition la connaissance universelle, une connaissance dans laquelle il pourra puiser sans complexe pour construire son bien-être en fonction des besoins qui sont vraiment les siens.
Anonymesdf on January 11, 2013 (23:51 PM) 0 FansN°:3
CONTENTE TOI DE FAIRE DES ANALYSES POLITIQUES.L'EDUCATION ,C'EST PAS POUR LES CANCRES
Instituteur on January 12, 2013 (01:49 AM) 0 FansN°:4
Hum! Voyons, aucune proposition de mesures d'accompagnement pour le préscolaire et l'élémentaire. Monsieur l'analyste veut construire en santant la fondation. bonjour le "géant aux pieds d'argile"!
Anonyme on January 12, 2013 (01:51 AM) 0 FansN°:5
correction: Monsieur l'analyste veut construire en SAUTANT la fondation.
Amina on January 12, 2013 (03:00 AM) 0 FansN°:6
et quel mesure prendre contre les profs à la fac de medecine qui vendent les examens et qui ajoutent des points au etudiants contre des sommes d'argent; voir l'exemple du prof qui a fait passer deux etudiantes en 4ème année 3 mois après l'annonce officielle des résultats
Anonyme on January 12, 2013 (04:33 AM) 0 FansN°:7
avec proposition les impots et le deficit budgetaire seront encore plus intenable.Cette idee de payer la bourse et de loger tous les etudiants n'existe nulle part au monde.Ce n'est pas soutenable.
Les etudes universitaires ne sont pas obligatoires et tous les bacheliers ne sont pas fait pour les etudes superieur. A quoi sert il d'avoir 5000 etudiant en fac de droit?pourquoi ne pas les avoir plutot prepare pour le marche de l'emploi des le BEPC?
par contre,l'age limite de l'acces a l'universite devrait etre supprime pour que ceux qui le desir puissent poursuivre leurs etude a leur guise et a leurs frais.
Anonyme on January 12, 2013 (10:39 AM) 0 FansN°:8
c'est comme si dans vos propositions vous aviez oublié l'élémentaire et le préscolaire.
si Le Gouvernement de la République du Sénégal devrait s’engager à construire des logements de fonction confortables à proximité des collèges, lycées et universités pour le corps enseignant, à payer aux professeurs un salaire décent et à les mettre dans des conditions de travail optimales.
qu'en serait il pour les directeurs d'école et autres instituteurs?
Abd El Kader Niang on January 12, 2013 (19:26 PM)0 FansN°: 598711
@ Anonyme,
quand je dis qu'il faut payer aux professeurs un salaire décent et les mettre dans des conditions de travail optimales, je fais allusion à tout le corps enseignant du préscolaire au supérieur. Et donc naturellement les directeurs d'école,les principaux de collége,les surveillants,les censeurs et les professeurs y sont compris. ;)
Diop on January 12, 2013 (11:54 AM) 0 FansN°:9
"L’enseignement est public, laïc et gratuit du préscolaire au supérieur."Merci pour votre analyse en fait là je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi car d'une part la privatisation est indispensable dans un pays vu que ca permet à certains parents de pouvoir choisir l’établissement à leurs enfants par exemple un père qui va que son enfant fréquente une école chrétienne pour avoir des bases religieuses et d'autre part sur le plan économique la privatisation contribue au développement du pays et enfin la plupart des écoles privées ont de meilleurs résultats que le public parce que tout simplement on impose un système de redevabilité. En conclusion parmi les points que vous avez cités, je vous conseille d'ajouter que le ministère de l’éducation nationale, les directeurs d'écoles et les enseignants doivent rendre compte .
Ndiathiar on January 12, 2013 (23:16 PM) 0 FansN°:10
o dieu si tout cela pouvait être appliqué!
Le pédagogue on January 13, 2013 (16:55 PM) 0 FansN°:11
Je tiens d'abord à vous remercier de la proposition que vous venez de nous gratifier. Le pays a besoin de gens comme vous soucieux du devenir de l'éducation de notre cher pays. Notre ami qui s'étonne ou qui creuse une différence entre votre spécialité (politique) et l'éducation semble avoir une vision limité des choses. Il semble oublier que l'éducation découle d'une vision politique.
Cependant, nous constatons que votre proposition n'a été faite que dans un seul sens: celui qui touche uniquement à la gestion de l'école. Or, la proposition d'un programme éducatif doit se faire suivant la prise en compte des textes fondateurs tels que la constitution et la loi d'orientation sur l'éducation nationale . c'est sur la base de ces textes qui nous indiquent le profil ou le type d'homme que la société a besoin que l'on doit se baser pour bâtir un bon systéme éducatif.
Papi on January 13, 2013 (17:53 PM) 0 FansN°:12
Le Sénégal aurait-il des ressources non encore déclarées ? Monsieur, vos propositions relèvent de la chimère, elles sont irréalisables dans un pays accroupi du fait du poid de la dette.
Abd El Kader Niang on January 13, 2013 (18:11 PM)0 FansN°: 600390
@ Papi,
si le Senegal arrive a trouver 74 milliards pour un festival mondial des arts negres, il doit etre en mesure de trouver pareille somme pour l injecter dans de le secteur educatif national.
Constat d'un Sénégalais on January 13, 2013 (23:35 PM) 0 FansN°:13
Je commence par dire que c'est une bonne initiative de penser au développement de ce pays et de poser des alternatives cependant tu n'a touché qu'à l'emballage du système éducatif et non le système éducatif lui-même cela j'y reviendrai sous peu. La scolarisation obligatoire est non seulement totalement impossible cela n'existe et n'existera dans aucun pays au monde encore moins au Sénégal. Tout le monde n'est pas intéressé par les études tout le monde n'est pas capable de faire des études jusqu'à l'obtention du Bac et si toutefois on te suit dans ta thèse si tout le monde se retrouve diplômé qui va travailler pour qui ? Qui va cultiver la terre ? qui va conduire les clandos cars rapides et bus qui nous permettent de nous déplacer ? et bien d'autres choses...
Bon ! comme je le disais tantôt tu as touché l'emballage du système mais pas le système éducatif en lui même alors que c'est le système éducatif en lui même qui nous fait défauts c'est ce dernier que l'on devrait changer en premier après le reste suivra.
Nos études ne sont ni centré ni bien structuré car un élève détenteur du Bac ne sais absolument rien faire dans le monde du travail. Le système éducatif est basé sur deux choses qui sont le bourrage et le par coeurisme des élèves arrivent jusqu'en terminale sans pour autan savoir ce qu'ils veulent faire plus tard. Il y a des classes qui ne servent à rien il y a des choses qui ne servent à rien dans le programme bref ce système...
Constat d'un Sénégalais on January 13, 2013 (23:39 PM) 0 FansN°:14
Bref ce système éducatif qui date de 1960 devrait être réformé de fond en comble et ajusté par rapport à nos besoins et nos réalités sans cela toutes les bonnes initiatives que tu proposes à partir de 2 jusqu'à 15 n'auront absolument aucun effet autan pisser dans un violon wa salam !
Maitre on January 23, 2013 (10:42 AM) 0 FansN°:15
merci de penser au redressement du systéme éducatif.on note bcoup de manquement dans ce systéme mais avec la volonté de tout un chacun je pense que le pays se redressera inchalla.

Ajouter un commentaire

 
 
Abd El Kader Niang
Blog crée le 13/12/2011 Visité 220567 fois 38 Articles 922 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires