Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Le Noir: Un spécimen humain en danger.

Posté par: Abd El Kader Niang| Mardi 27 août, 2013 20:18  | Consulté 1865 fois  |  3 Réactions  |   

Si les traites négrières successives, arabo-berbères et européennes, ont réussi a disséminé la race noire sur d’autres terres géographiquement non africaines, force est de reconnaître que l’extermination dont a été victime les Amérindiens et les Aborigènes d’Australie, nous a été épargné, Dieu merci! Nous avons survécu aux traites négrières et à la colonisation, pourra-t-on dire avec stoïcisme. Cependant le bien-être et la survie des descendants d’esclaves noirs africains aux Amériques et ailleurs sont menacés dans la mesure où, le commerce criminel de l’homme noir a certes arrêté, mais il n’a pas été décidé d’accorder à l’homme noir la possibilité d’introduire une demande de relèvement de forclusion. L’homme noir des Amériques, de l’Arabie, du Maghreb et des Indes traine encore en lui les stigmates de l’esclavage et sa condition de servitude antérieure rend difficile voire presque impossible son insertion dans la société post-esclavagiste dans laquelle il évolue. Il est soit condamné aux sots métiers ou soit astreint à faire les basses besognes. Il ne sera accepté que s’il renonce à sa dignité d’être humain et accepte de se réifier, c'est-à-dire d’être l’objet d’assouvissement de tout désir pervers. En le privant d’éducation, de couverture médicale, de protection sociale et d’accès aux ressources financières, les sociétés post-esclavagistes ont fermé au noir toute porte menant à une ascension sociale noble et vénérable. Seuls le sport et la musique lui ont été laissés ouverts, ou du moins on n’a pas pu lui fermer ces fortes. Encore que ce ne soit pas tout le monde qui réussit dans le sport ou la musique. Un stade olympique peut prendre des milliers de places, mais l’aire de jeu quant à elle ne peut juste prendre qu’une dizaine ou tout au plus une vingtaine de joueurs. Est-ce qu’on s’est déjà posé la question à savoir pourquoi les artistes-chanteurs noirs américains ont soudain la peau éclaircie et les cheveux défrisés ? Pourquoi le rôle de la personne méchante dans une télénova brésilienne est toujours interprété par un noir ? Pourquoi ne voit-on pas d’acteur noir dans un film hindou ? Pourquoi le noir danseur est plus célèbre que le noir mathématicien ou physicien ? On nous parle rarement du noir pilote de chasse durant les deux guerres dites « mondiales » ! Que savons-nous du noir propriétaire d’un brevet d’invention ?

Si le juif survivant de l’Holocauste a réussi à s’intégrer ou à réintégrer la société, qui lui avait privé de ses droits fondamentaux d’être humain, c’est parce que d’une part la couleur de sa peau ne rappelle pas Dachau ou Birkenau. Le noir des Amériques par contre, rappelle à son ancien maître blanc, de par sa peau foncée, ses cheveux crépus et ses lèvres charnues sa souffrance dans les champs de canne à sucre sous le soleil de plomb, sacrifice et labeur acharné pour lesquels il n’a reçu que des coups de fouet en guise de paie. Ce sentiment de culpabilité non confessée fait que l’ancien maître blanc, par peur de représailles de la part de son esclave de jadis, se refugie dans le refus et le rejet de celui-ci, en arguant que ce dernier est agressif ou dangereux. La honte et la peur de ce dernier se sont transformées en haine. Cette haine à son tour a pris le nom de police ou de justice. Elle s’appelle en vérité patrouille d’esclave, milice raciste ou organisation ségrégationniste. Elle se dit partisan du maintien de la peine de mort ou peut-être adversaire de la suppression de la peine de mort, mais dans tous les cas elle est, sans aucune autre forme de procès, favorable au lynchage public et légal du noir. Et d’ailleurs comment comprendre que le noir minoritaire au sein population globale des États-Unis, soit majoritaire dans la population carcérale américaine. Comment expliquer le fort taux de chômage du noir aux États-Unis ?     

C'est-à-dire que l’aspect physique du noir, qui est totalement en dissonance d’avec l’environnement socioculturel et ethno-racial dans lequel il a été transposé contre son gré et son vécu passé et présent d’individu sans droit et sans protection dans cette même société font que le noir est resté un élément étranger dans ce corpus qui n’est pas le sien. Il n’arrive pas à se dissoudre dans ce celui-ci et ce dernier aussi refuse de l’absorber. Tel le juif errant, le noir se sent nulle part chez-soi et il est étranger partout. Qu’il soit du Canada, des États-Unis, des Caraïbes ou du Brésil la première question qu’on lui pose ouvertement est la suivante : « D’où venez-vous ? ».  La dernière question qu’on lui pose après une discussion le plus souvent à sens unique et qui a tout d’une séance d’inquisition est quant à elle tacite, et se résume en ces termes : « Quand est ce que vous allez rentrer en Afrique ?». Au colon blanc installé quelque part en Amérique ou en Australie, on ne lui pose jamais la question à savoir, quand est ce qu’il compte rentrer en Europe, terre de ses aïeux. Mais en fait quand est ce que l’exil à Babylone de l’homme noir prendra-t-il fin ? Quand est ce que le noir retrouvera-t-il sa Terre Promise à lui, l’Afrique ? A quand notre Aliyah nous aussi ? Ou sommes-nous peut-être une tribu égarée ?

La tribu de Cham est dans le désert. Elle erre. Elle ignore tout d’elle. Elle ne sait pas que l’Afrique est sa Terre Promise. Elle a fui la maison de servitude, mais la liberté est pour elle un sentiment étrange. La traversée du désert est longue et pénible d’autant plus que Moise est absent et Aaron peine à se faire entendre, la foule qui l’entoure est bruyante, ignare et impatiente. Avons-nous fait un pacte avec Jéhovah pour espérer que la promesse divine faite à nos ancêtres se réalise enfin ? Qu’avons-nous appris de notre exil à Babylone ?  Avons-nous banni la turpitude et la corruption de  nos mœurs ? Avons-nous élu la lumière comme loi ? Avons-nous accepté de rejeter l’idolâtrie ? Avons-nous cessé d’associer d’autres êtres à Dieu ?

S’il est un peuple sur lequel sur le peuple noir à certains égards devra prendre exemple, c’est bien le peuple juif. En effet le peuple juif réussit constamment l’exploit de se remettre de ses tragédies les plus douloureuses, de se réorganiser de manière encore plus efficace qu’auparavant, de préserver son identité culturelle et religieuse, d’assurer sa sécurité et de conserver la mémoire de son vécu tragique en une science historique de récit et d’interprétation actuelle des faits et actes passés. Le peuple juif est un peuple uni dans la diversité. L’homo israelus sait distinguer le superflu de l’essentiel. Il a foi en sa destinée et a confiance en lui-même. Il connaît le mérite de la science et de l’éducation. Il excelle dans l’adversité et fait preuve de fermeté face à l’ennemi. Son sens aiguisé des affaires fait de lui l’argentier dans tout commerce. Il a su conserver une prestance son élection divine. Il a le souci constant de son droit à l’existence et fait valoir ce droit sans complaisance aucune. Il a fait de la lutte pour sa survie sa raison d’exister. La haine que les autres ont envers lui ne l’affaiblit point, au contraire, elle le rend encore plus redoutable dans l’adversité. A l’opposé de l’homme noir, l’homo israelus a un sens inné de l’organisation et une forte conscience de groupe. Son ascendance glorieuse fait de lui un individu fier. Les persécutions subies à Rome, Tyr, Babylone, Dachau, Varsovie et autre part ailleurs l’ont aguerri. La profonde conviction d’appartenir à un peuple élu de Dieu, lui confère une confiance en soi inébranlable. Le peuple juif sait faire taire ses divergences internes et sait prôner l’unité.

Pour le peuple noir par contre la diversité est source de divisions et de tensions. L’homme noir pense que le tribalisme est la meilleure forme d’organisation sociale. Il verse dans le mysticisme pour, croit-il, atteindre Dieu. Sa religion s’appelle culte des ancêtres. La corporation socioprofessionnelle à laquelle il appartient s’appelle caste. Il se dit noble ou se fait appeler griot ou forgeron selon son patronyme. Il a une mauvaise philosophie du travail. Pour lui travail rime avec servitude, peut-être parce qu’il a été asservi ou parce qu’il est lui-même négrier et esclavagiste. Demandes à l’homme noir de créer une nation unie et forte, il mettra sa tribu au-dessus de toutes les autres de sorte que la discorde et la mésentente compromettront le noble projet de vie en commun. Demandes au noir de créer un état juste et fort, il créera une dictature tribale féroce et sanglante. Demandes au noir de nourrir le pauvre et d’aider le faible, il affamera le pauvre et tuera le faible. Et si jamais on lui confiait une malle pleine d’or pour nourrir tout un peuple, il s’appropriera de la plus grande part et laissera les miettes au bas peuple. Demandez-lui enfin d’organiser la Religion, il la divisera en sectes adversaires.

Mais au fait si l’homme noir avait su au lendemain des indépendances organiser l’Afrique de manière à la rendre stable, paisible et prospère, toute la tribu de Cham s’y serait donné rendez-vous pour une messe de retrouvailles. Quod non! Alors comment exiger du noir des Amériques, d’Arabie, du Maghreb et des Indes de revenir sur la terre des aïeux ? Encore que le noir d’Afrique rêve d’évasion, d’exode et d’exil vers Babylone pour fuir la misère, la guerre et la maladie qui se sont installées sur sa Terre Promise devenue enfer sur terre.

 

 

Le monologue de Walycor est un chapitre extrait de « Soleil de minuit », roman en cours de rédaction de l’écrivain et essayiste Abd El Kader Niang.      

 

 

 L'auteur  Abd El Kader Niang
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (3)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme En Mai, 2014 (15:49 PM) 0 FansN°:1
Article pertinent! Bonne argumentation sur la situation du Noir. 'Sans aucune forme de procès" rappelle le dernier vers de la fable 'Le loup et l'agneau" où Louis XIV avait droit de vie et de mort sur sa population.
Anonyme En Mai, 2014 (18:10 PM) 0 FansN°:2
Bon article cetes! quoique je ne sois pas d'accord sur certaines généralités du genre "l'homme noir" et certains lieux communs. Quelques fautes à corriger, vu que la livre n'est pas encore publié: épargnée au lieu d'épargné. Demande au lieu de Demandes, ces portes au lieu de fortes. Le noir ne se sent nulle part chez-lui
Demba En Mai, 2014 (17:17 PM) 0 FansN°:3
Rien à dire c'est tout simplement excellent, vous n'avez pas tremblé devant les vérités
, vous êtes au delà de ceux qui nous promettent le paradis sans aucune base aucun raisonnement convaincant.

Ajouter un commentaire

 
 
Abd El Kader Niang
Blog crée le 13/12/2011 Visité 340654 fois 54 Articles 8106 Commentaires 14 Abonnés

Posts recents
Interview avec Nathalie Dia
Attention Sonko!
Réfexions dominicales
Une contribution citoyenne en quinze points au débat sur la réforme de la justice au Sénégal
Anabase ou le début de la retraite des Dix Mille
Commentaires recents
Les plus populaires