Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

L' homme africain en Europe: Incompréhensions socioculturelles et parallélismes.

Posté par: Abd El Kader Niang| Lundi 27 août, 2012 22:29  | Consulté 10187 fois  |  18 Réactions  |   

Né le 15 août 1969 à Kinshasa, en République Démocratique du Congo, Patrick Kitenge, fils d’un diplomate congolais, fera ses études primaires et humanitaires alternativement en Belgique (à Liège et à Bruxelles) et en RDC (à Kinshasa et à Lubumbashi). Après avoir commencé des études en médecine à l’Université de Humboldt de Berlin-Est, il changera ensuite de faculté pour se lancer en sciences politiques et devenir un jour lui-même diplomate.
Actuellement il rédige sa thèse de doctorat sur le thème suivant : «Chances et obstacles à la démocratisation en République Démocratique du Congo» sous la direction du Professeur Jacobeit de l’Université de Hambourg, professeur de Sciences Politiques de renommée internationale.

 

Bonjour Mr. Kitenge, je vous remercie d’avoir bien voulu prendre part à cette émission. Nous avions eu une discussion en prélude à cette édition, et je me souviens, vous faisiez la différence d’entre être noir et être africain. Que signifie pour vous être noir? Et que comprenez-vous par être africain?

 

On construit en général son identité en se comparant ou en se démarquant des autres. Quand on a une peau noire et que l´on vit en Afrique centrale, comme par exemple au Congo, on ne se pose pas vraiment la question de savoir, c´est que cela signifie d´être noir, car on vit dans une majorité noire. Être noir, alors, est une identité qui m´est devenue consciente quand je me suis rendu en Europe. J´ai alors remarqué que la couleur noire de ma peau se démarquait de la majorité blanche et que les regards de cette majorité en mon égard était très ambivalent. Donc, je faisais partie d´une minorité visible. L´avantage d´appartenir à une minorité est que l´on fait partie du groupe qui fait avancer une société, qui la rend politiquement plus moderne, plus ouverte et culturellement plus créative, notamment dans la musique et les trends de la mode. Vous pourrez constater que les pays qui prennent plus en compte leurs minorités, ce sont les pays du monde les plus stables politiquement et les plus équitables socialement. Comme au Canada ou dans les pays scandinaves entre autres.

L´inconvénient de la “visibilité“ de ma minorité est qu´elle est bien sûr plus exposée à des attaques injustifiées de la majorité. Un blanc français en Allemagne de l´est fait partie d´une minorité. Mais il ne subira pas les mêmes discriminations qu´un noir français.

Donc, être noir pour moi, c´est appartenir à une minorité visible, très créative culturellement et sensible à toute forme de discriminations.

 

Être africain, c´est ma première identité. J´ai toujours été africain et je le serai toujours, mais « noir », je le suis devenu. Même si je vis déjà longtemps en Europe, l´Afrique reste le continent de mes racines, de mes aspirations. Être africain, c´est faire partie d´une entité socioculturelle qui revendique à juste titre d´être le berceau de l´humanité, mais qui aux aléas de l´histoire a beaucoup perdu de son identité initiale. Être africain pour moi, c´est être conscient de l´histoire de ce continent, dans son passé meurtri par la traite des esclaves et l’humiliation de la colonisation. Et que l´on doit de surcroît en tant qu´africain mettre son savoir dans le redressement de notre continent.

 

Ne pensez-vous pas qu’il y a entre nous autres les noirs africains et les sociétés européennes une incompatibilité socioculturelle?

 

Je ne le pense pas vraiment. Bien sûr qu´il y a des divergences culturelles qui peuvent rendre une cohabitation sociale un peu tendue. Mais l´ Europe et l´Afrique se connaissent maintenant depuis certains siècles et on s´est culturellement très rapproché l´un de l´autre. Le nombre grimpant de mariages mixtes en Europe le démontre.

Les obstacles d´ordre religieux ont aussi été surmontés, d´autant plus que l´Islam par exemple, qui est pratiqué dans la plupart des pays africains subsahariens, est très tolérant envers les femmes et leurs droits. Je connais personnellement beaucoup de togolais, de guinéens musulmans mariés à des allemandes et leur couple fonctionne sans problèmes.

 

 

 

Que pensez-vous du débat sur l’intégration des immigrés en Europe généralement et plus particulièrement ici en Allemagne?

 

Le débat sur l´ intégration des immigrés en Europe a très peu évolué et en Allemagne, on parle d´intégration que lorsque Thilo Sarrazin sort un livre. Et je le déplore beaucoup, parce que les partis de droite au programme populiste envers les étrangers ou les musulmans montent au créneau. Il a déjà des lois très restrictives contre les étrangers par exemple aux Pays-Bas, au Danemark, parce que leurs gouvernements étaient ou sont dirigés par des partis de droite qui font des coalitions avec des partis d´extrême droite. En Allemagne, dans certains « Länder », on doit passer maintenant des tests pour acquérir la nationalité allemande.

Le débat sur l´intégration en Allemagne n´a vraiment jamais encerclé le noyau du problème : le manque d´intégration des immigrés n´est pas fondé a priori socioculturellement, mais tout simplement économiquement.

Il y a un exemple assez simple, c´est quand on compare les iraniens et les turcs. Tous deux musulmans, peu importe sunnite ou bien chiite, mais les iraniens se sont beaucoup mieux intégrés en Allemagne que les turcs. Pourquoi ? Parce que la grande partie des exilés iraniens fuyant le régime de l´Ayatollah Khomeiny et se réfugiant en Allemagne, faisait partie d´une élite riche et très bien instruite. Alors les parents de ces enfants riches et bien éduqués vivent dans des meilleurs quartiers, encouragent leurs progénitures aussi à s´éduquer pour rester en haut de l´échelle sociale, etc. Les turcs par contre qui ont été embauchés dans les années 70 pour donner un coup de pouce à l´économie allemande, provenaient d´une couche sociale moins lettrée, moins éduquée et de plus n´a pas été aidée par le pays accueillant pour surmonter les barrières sociales. On les a mis dans des quartiers défavorisés et créé ainsi des ghettos. On n´a pas pensé à éduquer leurs enfants et donc contribuer à leur montée sociale. Le débat sur l´intégration en Allemagne tourne en général sur la recommandation impérative aux étrangers d´apprendre l´allemand. Ce qui est juste, mais ce n´est pas tout. L´intégration n´est pas seulement l´apprentissage de la langue, c´est beaucoup plus profond que cela. C´est d´abord d´avoir le sentiment d´être le bienvenu et accepté dans cette société. C´est avoir un travail qui vous donne une certaine reconnaissance sociale au sein de la société. Et là, on n´est encore très loin de cela.

 

Selon vous, est-il possible de parler d’intégration au vu de tous ces problèmes liés à la diversité culturelle entre les peuples et le contentieux politique non soldé entre certains de ces peuples?

 

A priori une diversité culturelle n´emmène pas forcément des conflits. Elle peut être enrichissante et épanouissante pour une société. Je pense que l´on ne peut parler que d´intégration et non d´assimilation comme on l´a entendu dans certains débats politiques en France. Mais, une société multiculturelle doit trouver un modus vivendi pour surmonter ces problèmes et devenir une société interculturelle, donc pas une société où les culturelles différentes vivent simplement les unes à côté des autres, sans pour rien connaître l´une de l´autre, mais qu´il y ait une réelle interaction entre elles.

 

Que vous inspire l’existence de microsociétés issues de l’immigration qui vivent en parallèle à la main stream society si j’ose l’appeler ainsi ? Est-ce un isolement délibéré de la part de ces immigrés eux-mêmes ou est-ce plutôt une exclusion subie de la part de la main stream ? Ou est-ce peut-être les deux à la fois?

 

Je pense qu´il y a des deux. J´en ai déjà parlé ci-haut. D´un côté, cette exclusion est  voulue. En Allemagne et même en France, il y avait des quartiers réservés aux étrangers. Les banlieues parisiennes sont ces « ghettos urbains » dans lesquels la migration travailleuse issue du Maghreb avait été parquée. Et les résultats, on les connait aujourd´hui.

Mais, d´un autre côté, les étrangers acceptent ce fait d´exclusion et organisent leur « petit monde » dans un autre monde. Alors, on reste entre nous, on se marie entre nous et on s´éloigne peu à peu de la société de l´où on vit.

 

Vous parlez d’incompréhension socioculturelle, une incompréhension peut-elle à elle seule expliquer tous ces problèmes liés à l’intégration? N’y-a-t-il pas selon vous, de part et d’autre de la société, une dose de refus volontaire de l’autre?

 

Ah, mais bien sûr, et ce refus volontaire de l´autre est basé sur l´incompréhension. Mais l´incompréhension doit être surmontée par la tolérance. Mais, il y a des limites. Par exemple, je ne comprends pas pourquoi certains parents musulmans n´envoient pas leurs filles faire de la natation ou le sport avec d´autres enfants. Mais je dois être tolérant et accepter que ces parents aient leur conviction religieuse et désirent que cela soit respecté. Mais le tout doit rester dans le cadre républicain de la constitution et respectueux des droits de la femme.

Une dose de refus volontaire de l´autre existe dans chaque société : le racisme, la xénophobie, le tribalisme, le sexisme, l´homophobie ne sont qu´autre forme de ce refus de « l´autre ».

 

Qu’est-ce qui explique selon vous ce refus?

 

Il y a à ce sujet plusieurs théories en psychologie qui expliquent ce genre de ce refus. La discrimination d´une minorité par une majorité est bien expliquée par « l´hypothèse de la frustration » : en période de crise, de chômage accru dans une société, la majorité cherchera à trouver un « bouc émissaire » qui sera rendu coupable de tous les méfaits économiques de la société. Donc, on va canaliser toute l´énergie de sa frustration sur une minorité qui ne peut pas trop se défendre, au lieu d´attaquer les vrais responsables de la crise, donc le gouvernement en place et la politique qu´elle fait.

 

Les diversités socioculturelles, ethno-raciales, confessionnelles, identitaires etc.… constituent-elles à votre avis une richesse pour l’humanité ou plutôt un défi à relever ?

 

Absolument une richesse et toute personne qui prétend autre chose est vraiment très pauvre d´esprit. De par ma propre biographie, en tant que fils de diplomate, j´ai eu dès mon plus bas-âge à côtoyer les cultures différentes. Et cela a réveillé en moi cette fascination pour l´autre culture qui restera ancrée en moi toute ma vie. Bien sûr que « l´autre », l´inconnu, peut d´abord susciter la méfiance et chaque enfant a dans la croissance de sa personnalité cette phase où il s´accroche à sa mère, aux personnes qu´il connaît et a peur de l´autre. Mais on a tous dépassé cette phase à un jour, parce qu´on a appris à surmonter notre peur et à aller à l´encontre de l´autre.

J´aime le brassage des cultures, le métissage des peuples et le fait de surmonter les barrières religieuses. Je suis sûr que si beaucoup de personnes pensaient comme cela, et bien, notre monde serait meilleur. Vous ne pensez pas ?

 

Pensez-vous que la mobilité actuelle des individus et des peuples -qui est du reste le fait de la chute des frontières entre les états, du développement accéléré des technologies de transport et de la globalisation des activités humaines entre autres- peut contribuer à annihiler les nationalismes, les extrémismes, le racisme etc.… ? Ou est-ce plutôt un phénomène qui risque de faire empirer ces problèmes ?

 

C´est une question difficile à répondre en quelques mots, mais je pense malheureusement que la situation va dans le mauvais sens : plus le monde devient « global », plus « planétaire », plus il y a ce besoin de se retirer dans un petit village appelé « nation ». Je pense que les perdants de la globalisation cherchent plus de repères nationaux où ils peuvent mieux s´identifier à quelque chose. Cela explique notamment cette croissance des partis d´extrême droite en Europe, qui font de Bruxelles (donc l´Union Européenne) et de la globalisation « les coupables » de leurs problèmes socio-économiques.

 

Croyez-vous au dialogue entre les cultures, les peuples et les religions?

 

Disons que le dialogue serait souhaitable, mais comment commence-t-on un dialogue ?

Est-ce que l´on pose des conditions au départ ? Dans quel but doit-il aboutir ?

Parce que les dialogues, il y en a beaucoup, mais aboutissent-ils vraiment à quelque de chose de concret ?

Donc, oui, on doit dialoguer entre les cultures, les peuples et les religions, mais on doit avoir une finalité positive qui mène le dialogue à l´avant. Je peux devenir concret en citant un exemple : ici en Allemagne, il y a la fameuse « conférence de l´Islam » où le gouvernement invite les représentants des grandes organisations musulmanes à dialoguer. Je n´ai premièrement jamais compris pourquoi le tout ce passe sur l´égide du ministère de l´intérieur ? Est-ce que l´Islam pose un problème de stabilité sociale dont le ministère de l´intérieur doit prendre compte ? Pour moi, il y a un manque de sensibilité totale de la part du gouvernement allemand. D´autant plus que le ministre d´intérieur manque absolument de tact sur la question. Donc, on ne peut pas commencer un vrai dialogue de la sorte.

 

Êtes-vous d’avis qu’il est possible de dissoudre ou plutôt d’assimiler les entités issues de l’immigration dans la main stream des sociétés européennes?

 

Personnellement, Je n´aime pas trop le mot « assimilation » et encore moins le terme « dissoudre ». Le Front national de Marine Le Pen a usé de ces termes durant toute la campagne électorale en France. « Donc, on ne veut plus de société avec des composantes hétérogènes, on doit être tous les mêmes, pour que personne n´ait plus peur de  « l´autre ». Mais, on n´a pas tous des ancêtres gaulois, comme le souhaiterait Marine Le Pen.

On vient tous de quelque part d´autre, avec notre histoire, nos coutumes, nos traditions, nos m?urs, bref notre « paquet socio-religio-culturel ». Pour moi, on ne peut que s´enrichir en tant que personne, que si on ajoute à notre « paquet » initial d´autres aspects culturels positifs du pays accueillant. Donc, on ne se dissout pas, on ne s´assimile pas, mais on intègre en soi, des éléments positifs du pays accueillant : comme l´apprentissage d´une autre langue, connaître et comprendre la nouvelle société dans laquelle on vit pour devenir un citoyen à part entière de cette société.

 

Ma dernière question Mr. Kitenge, ne pensez-vous pas que nos gouvernants en Afrique peuvent contribuer à améliorer le statut de l’africain en mettant en ?uvre des stratégies de développement durable de nos pays respectifs ?

 

Ah mais, bien sûr, c´est une évidence. Mais là aussi, la réponse n´est pas dite en quelques mots. Le tout est de savoir, si les gouvernants africains ont le pouvoir entre leurs mains pour mettre ces stratégies de développement durables. Où sont prises les vraies décisions qui font évoluer les choses ? À Kinshasa, à Dakar, à Conakry ou bien à Paris et à Washington ou bien à la Banque Mondiale ou dans les derniers étages des grandes multinationales  ou dans les loges des réseaux obscures de la franc-maçonnerie ?

Ne vous leurrez donc pas de cette « illusion démocratique » qui veut nous faire croire que les peuples africains et leurs gouvernants respectifs peuvent à eux-mêmes changer brusquement le destin. Oui, la révolution arabe est peut-être un bel exemple d´émancipation d´un peuple, mais il y a plusieurs facteurs qui ont influencé le tout cela et on a vu que la même chose ne se transposer pas dans toute l´Afrique, voire ici la Côte d´Ivoire par exemple.

 

 

Je vous remercie Mr. Kitenge

 

 

 

 

 

 

 

 

 L'auteur  Abd El Kader Niang
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (18)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Peuple  En Août, 2012 (00:59 AM) 0 FansN°:1
Je voudrais tout d'abord vous dire felicitation pour la qualite de cette interview.
J'aimerais apporter ma contribution sous forme de deux points qui a mon avis meritent reflexion:
L'integration "a mi-chemin" des emigres et des pays hotes.
Je m'explique, quelle est cette maniere de vouloir eduquer ses enfants nes hors de son pays d'origine (Europe) en voulant qu'ils ne prennent qu'une partie (du moins celle que nous voulons quils prennent) de la culture du pays hote.
Les enfants d'immigres consacrent une bonne partie de leur temps et de leur imagination pourtant fertile, a faire une distonction entre ce qui est bon ou mauvais de la civilisation occidentale.
Donc ils accumulent un retard intellectuelle car tenailles entre deux mondes.
Il est avere que notre environnement faconne ou forge notre intelligence a creer pour survivre.
Ceci ne veut pas dire qu'on doit tout prendre mais revoyons nos manieres de faire qui limitent beaucoup le developpement et la capacite intellectuelle de nos enfants nes en Europe ou ailleurs.
Nos enfants sont dechires a cause de cette dualite culturelle imposee par les parents et par l'environnement ou ils vivent.
L'autre partie vient du fait que le pays hote veut que les emigres paient leur part d'impots mais en meme temps reste ferme sur les possibilites d'epanouissement social de ces derniers: ils paient des imports mais ne peuvent pas voter ni donner leur avis sur la maniere de faire des gouvernants sous peine d'etre traite d'etranger...
Anonyme En Août, 2012 (13:49 PM)0 FansN°: 325822
Dans tout pays, un étranger qui gane de l'argent doit s'acquitter de l'impôt. Comme étranger, il ne vote pas pour autant. C'est pareil dans ton pays.
De Montréal En Août, 2012 (03:11 AM) 0 FansN°:2
Merci, interview pertinente et intéressante
Anonyme En Août, 2012 (09:10 AM) 0 FansN°:3
l'interviez est res interessant bravo et bonne continuation
Anonyme En Août, 2012 (12:45 PM) 0 FansN°:4
j ai des doutes su cet interview, c est un copier coller. De toute facon je vous encoureger a perserverer dans ce sens.
Anonyme En Août, 2012 (13:58 PM) 0 FansN°:5
Oui, les décisions ne se prennent pas à Dakar. Ils sont issues des cercles privés de la FranceAfrique. Les élites africaines font leur training dans les temples maçonniques, beaucoup de choses restwent à dire...
Ciré dé En Août, 2012 (16:45 PM) 0 FansN°:6
Bonjour Monsieur NIANG
Merci pour cet interview. Des articles pareils font honneur à seneweb car ils nous permettent de réfléchir et d'ouvrir des débats intéressants entre amis ou au sein de la famille. J'en redemande. Sérieusement j'en avais marre des articles racoleurs, people...
Merci Monsieur NIANG. A bientôt j'espère pour un article au moins aussi pertinent. Salam
Dongo dara En Août, 2012 (19:26 PM) 0 FansN°:7
voici ce que l'on aimerait lire sur sénéwéb, très intéressant et enrichissant et non pas des mannequins des lutteurs des danseurs et j'en passe.
Moi, je prône pour le retour des expatriés en Afrique pour sa construction et ne pas laisser la destinée de nos pays à quelques politichiens qui ne sont motivés que par le matériel et la richesse illicite
Diop En Août, 2012 (06:19 AM)0 FansN°: 326894
Merci ndongo Dara pour votre contribution.Au fait c'est bien beau de parler de retour et de construction c'est vrai ça devrait être notre préoccupation première mais il n’y a pas une politique en place pour qui facilite ce projet.Je veux dire le gouvernement n'a rien fait pour motiver les expatriés comme tu as dit. Je vous donne un exemple moi je suis venu en 2008 pour faire un doctorat et je te dis j'ai fais presque 10 demandes d'emploi ou de stage au Sénégal mais j'ai même pas reçu de réponse donc vous voulez que je prenne le risque de retourner.
Dongo dara En Août, 2012 (08:22 AM)0 FansN°: 327095
félicitation pour votre doctorat, 10 demandes d'emplois c'est très insuffisantes pour trouver un emploi même dans un pays qui connait le plein emploi il faut en faire autant à plus forte raison pour le Sénégal avec presque 80% de chômage.
Avec toutes les écoles que compte Dakar, je pense que vous pouvez déjà commencer par donner des cours en attendant de trouver mieux.
Parfois aussi il faut se sacrifier dans la vie,beaucoup de doctorants vivent des petits boulots en France et au Canada et pourtant pourrez être utiles au peuple sénégalais en enseignant dans les écoles.
c'est mon point de vue.
Diop En Août, 2012 (10:27 AM)0 FansN°: 327205
Merci ndongo c'est vrai vous avez raison beaucoup de doctorants vivent de petits boulots en Europe et je te dis je fais parti de ce lot mais sache aussi que pour la plupart du temps les gens qui le font n'ont pas de choix.je veux dire étant étudiant par exemple à Genève et sans bourse du Sénégal dans ce cas tu ne peux pas faire autrement sinon tes études vont tomber à l'eau. Par ailleurs vous aussi souligné un point important "Avec toutes les écoles que compte Dakar, je pense que vous pouvez déjà commencer par donner des cours en attendant de trouver mieux."là je suis d'accord avec toi mais il arrive aussi que parfois la formation suivie ne te permettra pas d'exercer certains métier. je vous donne un exemple quelqu'un qui fait un doctorat en droit de l'homme, pensez- vous qu'il sera utile dans l'enseignement? Je pense que nom, moi je trouve que l'état doit mettre en place une politique pour lutter contre les fuites de cerveau comme les gens l'appellent bon sache que moi aussi je suis de ton avis mais qu'à même un retour sécurisé.
Mb En Août, 2012 (20:20 PM) 0 FansN°:8
c'est vraiment pertinent on a besoin de ces genres d'articles pour s'informer et apprendre.
Anonyme En Août, 2012 (20:50 PM) 0 FansN°:9
MOI C EST CA QUI M INTERESSE LE PLUS :Après avoir commencé des études en médecine à l’Université de Humboldt de Berlin-Est, il changera ensuite de faculté pour se lancer en sciences politiques et devenir un jour lui-même diplomate.CETTE ABRUTI A LAISSE PASSER UNE VOCATION POUR SE CONSACRER A SES THEORIES DE COMPLEXES A DEUX BALLES
Peuple En Août, 2012 (11:27 AM)0 FansN°: 327251
C'est toi l'abruti espece de con, conmme si on n'a pas le droit de changer d'avis.
Est ce que tu t'es demande si le medecine etait sa vraie vocation !
Peuple En Août, 2012 (11:30 AM)0 FansN°: 327256
Excuses je voulais dire "la medecine" , cet abruti m'a un peu enerve !
Momlado En Août, 2012 (07:41 AM) 0 FansN°:10
Bon article, que vroudrais voir traduit en allemand et en neerlandais et publié dans les journaux de ces deux pays.
La qualité de ce 'long' interview est du à la capacité d'analyse du monsieur Kitenge et aussi la qualité des questios posées.
Merci monsieur Kitenge, merci pour la première fois le Seneweb. Bravo!
DHCP En Décembre, 2015 (05:07 AM) 0 FansN°:11
Si vous voulez chez moi la question est actuelle .. \nMais a force de constater qu au Senegal 80% ou plus des meneur de pouvoire CEO , haut responsable, ne croyent rien d autre que piller les denier public...\nChaqu un regarde sa poche..\nC tellement degueux: \nOn a bien vu comment ca se passe ceux ci creuse et les autres y remette le sable .. Scandal financier de guauche a droite dans chaque societe sur place et si C affillier au public, le responsable en fait sa propriet privee.....\nC un grand pas a sauter a voire ce qui se passe sur place\n

Ajouter un commentaire

 
 
Abd El Kader Niang
Blog crée le 13/12/2011 Visité 343305 fois 55 Articles 8165 Commentaires 14 Abonnés

Posts recents
Pour une réintroduction du visa d\'entrée au Sénégal
Interview avec Nathalie Dia
Attention Sonko!
Réfexions dominicales
Une contribution citoyenne en quinze points au débat sur la réforme de la justice au Sénégal
Commentaires recents
Les plus populaires